Critères complémentaires

Une multiplicité de critères

Utiliser les critères du CAD (+ cohérence interne/externe) permet un premier niveau d’analyse afin d’essayer d’appréhender l’action de façon la plus transversale que possible. Ces faisceaux d’information n’ont d’intérêt que s’ils sont croisés. Par exemple, à quoi bon analyser l’efficacité si la pertinence ne peut être questionnée ? 

Des critères complémentaires sont à inclure suivant le type du projet ou afin d’ajuster le degré d’analyse. Les termes de référence devront définir sur quels critères porte l’évaluation. Les questions évaluatives viendront par la suite préciser des problématiques spécifiques au sein de chaque critère sélectionné.

Exemple de critères récurrents :

 

La couverture

Quelle est la proportion de bénéficiaires ou d’usagers par rapport à la population cible de départ? A-t-on atteint les plus précaires ou les plus accessibles ?

L’intensité

Est-ce que le niveau d’action est suffisant pour obtenir les résultats espérés ?

L’acceptation

A quel point la politique publique, le programme ou projet est-il accepté par la population cible ?

L’appropriation 

A quel point la population cible s’est-elle approprié le projet/programme ou mesure ?

Le partenariat

A quel point le partenariat est-il équilibré ? Existe-t-il un lien de subordination ?

La progression 

A quel point peut-on identifier des dynamiques positives même si les résultats ne sont pas atteints ?

La réactivité :

Quelle capacité d’adaptation/de réaction face à un changement de contexte ?

 

L’utilité

Quel est l’apport du projet, quels bénéfices en tirent les bénéficiaires ? La société en général ?

La faisabilité 

Les objectifs du projet sont-ils réellement atteignable en tenant compte du contexte, des moyens ainsi que des objectifs prévus ?

Valeur ajoutée institutionnelle

Quelle est la plus-value de la structure par rapport à la population cible ? En terme d’historique, de connaissance du territoire ou des usagers, en terme de savoir-faire et de coeur de métier ?

L’organisation/les capacités de gestion

L’organisation chargée de l’exécution du projet dispose-t-elle des capacités et ressources nécessaires ? Quelle mode d’organisation ? Quel type d’encadrement ? Cette organisation est-elle réajustée en fonction des aléas extérieurs au projet ?

A ces critères vont venir s’ajouter des critères transversaux et des domaines de changement.

 

  • Les domaines de changement (en fonction du programme, par exemple l’autonomie des élèves, les capacités d’adaptation au changement climatique, la prise en compte des données statistiques pour la décision publique, etc.)

Les critères de la Commission européenne

La Commission européenne s’appuie sur les critères du CAD et en ajoute 2 supplémentaires :

– la cohérence/complémentarité

– la valeur ajoutée communautaire

Ces critères sont spécifiques aux objectifs poursuivis par l’UE et à son identité mais leurs sens peuvent être réintroduits dans une palette de critères plus vaste : 

– cohérence externe/complémentarité

– cohérence interne/valeur ajoutée institutionnelle

– Retour vers les critères de base
– Tableau de bord prospectif