Analyse des parties prenantes

L’analyse des parties prenantes est la première des 4 phases d’analyse permettant de déterminer la logique d’intervention. Ces 4 phases s’intègrent dans une perspective plus globale d’analyse et de compréhension du contexte. Il s’agit de sélectionner le mode d’intervention au regard des autres alternatives possibles permettant également de répondre à cette même problématique.
eval
L’analyse des parties prenante permet de synthétiser et de récapituler les informations sur l’ensemble des personnes, groupes de personnes, organismes et institutions concernées d’une manière ou d’une autre par le futur projet.

Il s’agit identifier l’ensemble des acteurs en lien avec l’action ; d’examiner leurs rôles respectifs, les intérêts en jeu, leur capacité à participer ou à freiner le projet, d’estimer le degré de collaboration ou les frictions potentielles entre les différentes parties. 

On distinguera :

  • les parties prenantes primaires directement concernées: publics cibles ou bénéficiaires
  • les parties prenantes secondaires indirectement touchées
  • les parties prenantes clés, incontournables pour le processus de changement

Questions clés

  • Qui sont les parties prenantes?
  • Quel est leur profil?
  • Quels sont les intérêts en jeu?
  • Quelles sont les relations entre chaque partie prenante?
  • Qui est prêt/opposé au changement?
  • Quels bénéfices en seront retirés par les unes et par les autres?
Le sociogramme est un premier pas vers une analyse des parties prenantes. Il permet déjà de lister les différents acteurs.

1. Lister les acteurs

Diverses possibilités de catégorisation en fonction :
    • du statut : autorités publiques, opérateurs, usagers
    • de la relation au projet :

les parties prenantes primaires directement concernées : publics cibles ou bénéficiaires

-les parties prenantes secondaires indirectement touchées

    • du degré d’influence

-les parties prenantes clés, incontournables pour le processus de changement

    • des enjeux
Souvent réalisée sous forme de diagramme, l’analyse des parties prenantes est parfois formalisée avec un tableur.

2. Délimiter le périmètre

– Une fois la vision globale obtenue, quels niveaux de focus mériteraient une analyse plus soutenue, sur quelle partie du graphique zoomer ? Les interactions avec les usagers ? Les interactions en interne ? Avec les pouvoirs publics ? 

– Qui mettre au centre du graphique ? Les bénéficiaires ? L’institution qui porte l’action ? 

– Option : matérialiser l’importance de chaque acteur par des cercles plus ou moins grand

Cartographie : reproduction du territoire

3. Définir la légende

 
Matérialiser des flux, des liens, des interactions :
– Flèches à sens unique ou à double sens ?
– Débit fort, faible ou irrégulier ?
a
Analyse des parties prenantes : quelle légende ?
a
Choix de codes couleur
Que contiennent les flux (des financements ? du matériel ? du savoir ?)  En quoi constituent les liens (de la collaboration ? subordination ? confiance ?)
d
a
Pour aller plus loin, l’analyse des parties prenantes peut également intégrer la représentation des flux de suivi et d’évaluation. Par exemple les flux de suivi signaleront la transmission de données et les flux d’évaluation l’analyse de données.
a
Que savons de chaque flux ?
  • quel volume ?
  • quelle fourchette ?
  • à quelle fréquence ?
  • en quelle quantité ?
Que savons-nous de chaque lien ? 
  • Souple ou rigide ?
  • Formel ou informel ?
  • Etroit ou distendu ?
  • Apaisé ou conflictuel ?

5. Analyse et apprentissage

 
– Quelles sont les dynamiques en cours ? En quoi le graphique aurait-il été différent quelques mois plus tôt ? Quelles tendances sont à anticiper ?
– L’absence de liens/flux est-elle toujours volontaire ?
– Quelles données sont manquantes pour nous permettre d’analyser des liens ?
 
Chaque flux peut-être analysé sous l’angle des critères d’évaluation (quelle est la pertinence de la relation, l’efficacité d’un flux, l’impact d’une formation, etc.)
eval
Méthodologies et outils pour approfondir l’analyse des parties prenantes :
  • Analyse SWOT
  • Diagrammes de Venn
  • Graphiques en toile d’araignée
  • Analyse systémique

Chaque interrogation restée sans réponse, chaque flux distendu, chaque absence de lien pourra être noté et conservé pour une future utilisation lors de l’élaboration des questions évaluatives.

Les étapes de construction du cadre logique : suite