Suivi

Le suivi est un processus continu de collecte systématique d’information.

Ce processus débouche, se formalise et s’intègre au projet (programme, politique publique,…) sous forme de tableau de bord. 

Le processus de suivi se formalise à travers la mise en place d’un tableau de bord à destination du pilotage de l’action.

Idéalement, ce suivi tend vers une actualisation des données en temps réel afin de faciliter une réactivité dans la prise de décision. 

Ce suivi ne devrait pas être orienté sur l’action uniquement, par exemple sur l’efficacité de la mise en oeuvre mais également s’intéresser aux changements externes et à la réponse apportée à ces changements extérieurs à l’action (voir ici les dispositifs de veille documentaire ou organisationnelle).

Le suivi et évaluation : un couple indissociable

Le suivi garantit la fiabilité de l’évaluation puisque cette phase d’analyse sera effectuée sur base des données produites par le processus de suivi. 

L’acronyme S&E pour Suivi et Evaluation est un anglicisme tiré de M&E : Monitoring & Evaluation.

En anglais, le terme « Monitor » est plus explicite que « Suivi ». Dans le domaine médical, il s’agit d’analyser, surveiller et contrôler les constantes physiologiques d’un patient (fréquence cardiaque, fréquence respiratoire, etc.).

La notion de temps réel est donc inhérente au monitoring. L’objet est d’être en mesure de déclencher un signal d’alarme en cas d’anomalie. Si votre dispositif de suivi est un simple fardeau qui consiste à collecter et compiler des données alors votre l’intégralité de votre système de suivi et évaluation s’avère dysfonctionnel.

Les écrans de contrôle dans un aéroport permettent le suivi des vols en temps réel.

Le suivi est accolé à l’évaluation pour éviter certains écueils. Le suivi peut être considéré comme l’organisation de la collecte de données brutes et l’évaluation comme la phase d’analyse de ces données afin de permettre tout type de réajustements.

Le premier paramètre évoqué ci-dessus est donc le temps de latence entre la phase de collecte et la phase d’analyse. Si cette phase est trop longue, le dispositif est inutile et des boucles de rétro-actions rapides doivent être mises en place. Toujours à titre de comparaison : dans un cadre hospitalier, un moniteur de signes vitaux doit déclencher une sonnerie en cas d’anomalie, si ce n’est pas le cas, le moniteur n’est pas seulement dysfonctionnel, il devient dangereux de part son manque de fiabilité au regard de la confiance apportée.

Il s’agit également de déterminer quels acteurs sont susceptibles de déclencher cette phase d’analyse et les protocoles à mettre en place. Si le moniteur de signes vitaux se déclenche au chevet d’un patient, faut-il permettre une intervention rapide de l’infirmière ou attendre le retour de l’Agence Régionale de Santé ? Quelle fluidité des protocoles ?

Egalement, ce dispositif de suivi doit être observé au regard de l’ambition du système de suivi et évaluation. Notamment sur le volet apprentissage. Si le suivi ne dépasse pas la fonction de comparaison entre ce qui a été programmé et ce qui est réalisé alors il ne s’agit pas de Suivi et Evaluation mais de simple contrôle. 

Pour aller plus loin :

From M&E to MEAL