Observation

L’observation permet de collecter et d’analyser, de visu, des attitudes, des pratiques, des processus ou tout changement observable sur un projet, programme ou action publique.

L’observation est avant tout un état d’esprit ou une attitude : savoir maintenir un certain degré de curiosité en lien avec l’action ou ses objectifs. Pouvoir détecter des effets aussi bien positifs que négatifs, directs ou indirects. Apprécier également des interférences extérieures, difficilement anticipables au moment de l’écriture du programme et susceptibles d’affecter l’action.

Observation : une attitude de curiosité permanente
Dans la série « Lie to me », le Dr Cal Lightman (Tim Roth), observe et analyse les micro-expressions…

L’observation est ainsi une aptitude ou un réflexe à développer lors de toute interaction ou visite de terrain. Développer son sens de l’observation.

Aussi lors de mission d’évaluations externes se demander si les sites d’observation choisis sont représentatifs de l’ensemble du programme et prévoir un échantillon de visites suffisamment conséquent afin d’en améliorer la représentativité. C’est une limite récurrente d’évaluations externes : se laisser conduire au site le plus simple d’accès ou encore vers des histoires de succès ou vers les bénéficiaires les plus satisfaits de l’action.

Néanmoins, dans un contexte de limitation des déplacements, pour cause de crise sanitaire, de problématiques sécuritaires ou encore afin d’atténuer l’empreinte carbone des projets, la pratique de l’observation demande à être totalement repensée.

Les observations peuvent être formelles ou informelles, aléatoires ou programmées, libres ou structurées.

Dans le cadre d’évaluation de projets et programmes de développement, l’observation est souvent participante, c’est-à-dire que l’évaluateur est physiquement présent, par défaut, dans l’activité observée, pouvant générer un changement de comportement, d’attitude, de protocole par rapport à une même situation dans son cadre routinier.

L’observation par les pairs est intéressante et potentiellement mieux acceptée qu’une observation par un tiers. Par exemple, deux médecins s’observent alternativement en consultation sur une thématique donnée.

L’observation non participante correspond à des situations ou l’évaluateur peut s’extraire de l’activité ou de la situation observée : soit par une glace sans tain comme dans le secteur des études de marché, soit par l’utilisation de vidéo ou d’enregistrements.

Dans le cadre de l’observation structurée, les champs d’observation sont préalablement définis. Lorsque les champs d’observation sont nombreux, une grille d’observation va ainsi servir de check-list afin d’éviter que des champs ne soient oubliés.

Grille d'observation : infirmier - hygiène des mains - avant contact avec patient - après contact avec patient
Exemple grille d’observation – hygiène des mains – Santé publique, service public federal

Dans le cadre du Suivi Evaluation Dynamique, une grille d’auto-observation peut ainsi jouer un rôle de protocole, par exemple aider un agent de santé à s’assurer que l’ensemble des mesures d’hygiène soit respecté au moment de l’accueil des patients. Egalement, dans un cadre d’apprentissage, le pair ou l’évaluateur peut prévoir dès la fin de la séance d’observation une appréciation sur les marges d’amélioration.

En fonction de vos choix, les outils à concevoir :

  • un explicatif de l’objet de l’observation
  • la liste des champs d’observation
  • le calendrier des missions d’observation
  • une grille d’observation
Exemples de grilles d’observation :
Pour aller plus loin
Les outils de collecte

Concevoir un système de suivi évaluation