Analyse des problèmes

L’analyse des problèmes identifie les aspects négatifs d’une situation existante et détermine la relation de « cause à effet » entre des problèmes identifiés.

Quels sont les problèmes rencontrés par les différents groupes cibles et bénéficiaires ?

Quelle est la cause du problème ? Pour chaque cause, il faudra détecter des causes sous-jacentes. Avec la fraicheur d’un enfant se demander inlassablement le « pourquoi » d’une situation, pourquoi et encore pourquoi, afin de déterminer des causes plus profondes, sur différents niveaux.

Puis quels sont les effets de ce problème ? Quelles conséquences ?

De la même manière, se demander quelles sont les conséquences de chaque effet détecté afin d’étoffer l’arbre sur les branchements les plus élevés, c’est à dire les conséquences les plus lointaines.

L’ensemble des parties prenantes doit bien sûr participer à cet exercice en particulier les futurs usagers du programme.

Arbre à problème ILO

Arbre à problèmes – exemple vierge – COOPAMI

Exemple 1 : microcrédit

Le problème identifié est le faible taux de survie des entreprises financées : près d’une sur deux n’est plus en activité 3 ans après le financement.

Problème de départ pour la construction de cet arbre à problème : le faible taux de pérennité des entreprises ayant reçues un microcrédit.
Arbre à problèmes : détecter les causes sous-jacentes d’une part et les effets du problème d’autre part.

Détecter des causes sous-jacentes :

  • Pourquoi existe-t-il une faible pérennité des entreprises financés ?
    Car les entrepreneurs possédaient une mauvaise connaissance du marché.
  • Pourquoi possédaient-ils une mauvaise connaissance du marché ?
    Car ils n’avaient pas effectué d’études de marché.
  • Pourquoi n’avaient-ils pas effectué d’études de marché ?
    Car le montant du prêt était insuffisant pour financer une étude de marché.

Autre exemple :

  • Pourquoi existe-t-il une faible pérennité des entreprises financées ?
    Car les charges de certains entrepreneurs étaient trop élevées au regard de leur volume d’affaire
  • Pourquoi les charges étaient-elles trop élevées ?
    Car les statuts choisis étaient inadaptés.
  • Pourquoi ces entrepreneurs ont-ils choisis des statuts qui ne leur correspondaient pas ?
    Car ils avaient été mal orientés et possédaient des notions insuffisantes en gestion et en fiscalité.

Exemple 2

Les étapes de construction du cadre logique : suite

1. L’analyse des parties prenantes
2. L’analyse des problèmes
3. L’analyse des objectifs
4. L’analyse des stratégies