Evaluations ex-post

Présenter l’évaluation ex post, comme une évaluation qui interviendrait bien après la clôture d’un programme fait partie du béaba des modules d’introduction à l’évaluation. Comme une évidence : s’intéresser aux effets à moyen et long terme.

Pourtant, la pratique fait qu’il est extrêmement rare d’en croiser sur le terrain. Hormis la famille bien spécifique des essais randomisés.

Si le fonctionnement en mode projet complexifie en effet l’approche et sa mise en pratique (qui rédige les termes de référence s’il n’y a plus d’équipe projet ? Qui accueille et oriente les évaluateurs s’il n’y a plus de présence physique sur place, etc.) , prévoir une ligne budgétaire 2 à 5 ans après la clôture de l’action demeure à la portée de chaque bailleur.

Dans le cadre d’interventions publique, le champ est immense, relativement vierge en attente d’une volonté politique. Selon le lexique du Conseil Scientifique de l’Evaluation (Petit guide de l’évaluation des politiques publiques, La Documentation française, 1996) il s’agit d’une étude qui vise à tirer les enseignements rétrospectifs sur une politique publique parvenue à maturité et « routinisée ». Combien de politiques publiques parvenues à maturité ? Combien d’évaluation ex post ?

 

Guides

Evaluation ex post des impacts de la recherche agronomique dans les pays du Sud, impresS, CIRAD, 2018

Evaluations

Evaluation ex post de 15 projets ONG à Madagascar, AFD, 2011

Evaluation ex post de l’impact de quatre projets de la coopération gouvernementale, ADE, CRED, 2013

Évaluation ex post du programme de développement rural hexagonal (PDRH) 2007-2013, 2017

Evaluation ex post du Programme de Développement Rural de La Réunion 2007-2013 (PDRR), 2016

Méthodologie d’évaluation ex post du PIA Ville de demain, efficacity, 2017

Évaluation ex-post du projet de financement du matériel roulant du tramway de Casablanca, Quadrant Conseil, 2018