Etude monographique

L’étude monographique est une étude approfondie, exhaustive, portant sur un sujet précis et limité.

Il s’agira de restituer ou créer une mosaïque d’information avec (ou à partir de) tout type de supports, principalement l’observation mais aussi des entretiens, des cartes, des plans, photos ou vidéos.

Tel un archéologue, l’évaluateur s’autorisera à capturer toute trace de l’action.

L’étude monographique trouve son origine dans les sciences sociales, notamment la sociologie ou l’ethnologie.  Sa vocation était encyclopédique, l’ensemble d’un savoir condensé en un seul ouvrage, par tous les biais de connaissances possibles.

L’intérêt pour l’évaluateur sera surtout de trouver des relais auprès d’universitaires ou laboratoires de recherche afin de creuser des questions évaluatives complexes.

Ou de recenser les compétences disponibles en interne en sciences sociales. Le département « évaluation » dispose-t-il de compétences, par exemple en démographie, géographie, anthropologie, études de genre ?

Ce type d’étude est bien évidemment à l’extrême opposé des méthodes d’évaluation issues de la Gestion Axée sur les Résultats, qui s’appliquent à attribuer une performance entre ce qui était prévu de faire et ce qui a été réalisé.

L’étude monographique nécessite un temps long et s’applique à des questions de recherche. Bien qu’essentielle, elle devra être anticipée et combinée aux attentes d’un décideur qui souhaite des orientations sur un temps court, des données de surface mais immédiate.

Pour aller plus loin :

La rigueur du qualitatif, Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Jean-Pierre Olivier de Sardan, 2008

L’enquête de terrain en sciences sociales. L’approche monographique et les méthodes qualitatives, Stéphane Dufour, Dominic Fortin et Jacques Hamel, Montréal : Les Éditions Saint-Martin, 1991, 183 pp.

Exemples de monographies :

Exemple de monographie : étude des Tabanides d’Afrique (groupe des Tabanus), 1873

 

 

 

 

L’ouvrier en soie : Monographie du tisseur lyonnais. Étude historique, économique et sociale, 1899