Les indicateurs quantitatifs

« Indicateur » vient du latin  indicāre : indiquer, révéler, informer, estimer, désigner.

Indicateurs : la définition du CAD

L’indicateur évoque une unité de mesure, une barre mesurable ou observable.

Un indicateur va ainsi venir QUANTIFIER ou QUALIFIER la satisfaction d’un critère. 

Un indicateur doit pouvoir se rattacher à un critère : par exemple l’indicateur « population moyenne couverte par structure de santé » renseigne le critère de « couverture ».

Nous aborderons dans un premier temps les indicateurs chiffrés (quantitatifs) avant de nous intéressés aux indicateurs qualitatifs.

Une première distinction est à effectuer entre la notion de métrique et celle d’indicateur de performance :

  • Un métrique est un indicateur qui exprime une valeur brute (par exemple une distance en kilomètres)
  • Un indicateur clé de performance (Key Performance Indicator) est quand à lui lié à un objectif ciblé (par exemple moins de 5 km).

Un même indicateur, peut être utilisé comme indicateur de contexte (métrique) ou indicateur de performance (ciblé) : 

Par exemple la température :


– Il fait 25 degrés dans la pièce (contexte).

– Je règle la climatisation sur 18 degrés (cible).

 

Les indicateurs munis de cible sont au coeur de la Gestion Axée sur les Résultats. Ce type de management s’étant propagé, que cela soit dans le cadre de la gestion programme de développement ou de politiques publiques, il est courant de de croiser des indicateurs ciblés sans avoir pris le temps de définir et préciser le métrique, de confondre l’indicateur et sa cible.

Pourtant, la donnée brute demeure essentielle à des fins de diagnostic et de compréhension afin d’éclairer un contexte ou une situation.

Les différents types de mesure

Les indicateurs se déclinent sous différentes formes selon le type de mesures.

Les indicateurs se déclinent sous forme de mesure cardinale, de mesure ordinale, de formules plus ou moins complexe ou tout simplement de signe binaire.

 

Les différents niveaux de désagrégation

La désagrégation correspond à la décomposition, au morcellement, de données agrégées en entités séparées.

 

La désagrégation peut s’effectuer par zone géographique, par genre, par âge, par profession ou catégories socio-professionnelles, groupes ethniques ou religieux. Une dissociation de grandeurs économiques auparavant agrégées.

Des cibles peuvent également porter sur des niveaux désagrégés.

Par exemple, si dans un département évaluation, un indicateur est le nombre de rapports d’évaluation produits par an, des cibles pourront portés sur :

  • la temporalité : par exemple une proportion d’évaluation ex-post
  • une zone géographique : par exemple une proportion d’évaluation de programmes en Amérique Latine
  • des critères : une proportion d’évaluation ayant considéré le critère d’appropriation ou de captation de compétence
  • l’âge : une proportion d’évaluation dont l’équipe intègre une expertise junior
  • le genre : la parité de l’expertise dans les évaluations…

 

L’attribution de cibles

Popularisé dans le cadre du management par objectif, l’acronyme SMART a été proposé par George T. Doran dans la revue Management Review en novembre 1981  avec un article intitulé « There’s a S.M.A.R.T. way to write management’s goals and objectives« .

Selon George T. Doran,  une majorité de managers n’a qu’une idée très vague sur la manière de formuler des objectifs alors que c’est un enjeu central du processus de management. 

 

eval

eval

  • Specific (spécifique) : cibler un domaine, une aire spécifique d’amélioration
  • Measurable (mesurable) : quantifier ou au moins suggérer un indicateur de progrès
  • Assignable (attribuable) : spécifier à qui cela incombe
  • Realistic (realiste) : préciser quels résultats peuvent être attendus d’un point de vue réaliste, au vue des ressources disponibles
  • Time related (situés dans le temps) : spécifier quand les résultats devront-être atteints