Systématisation d’expériences

La systématisation d’expérience est la cousine latino-américaine de la capitalisation d’expérience. Élaborée au sein de mouvements d’éducation populaire, elle s’ancre dans un contexte militant de transformation sociale et une géopolitique spécifique à son territoire. Coordonnée par le CEAAL (Consejo de Educación Popular de América Latina y el Caribe), sa base se trouve au CEP Alforja, San José, Costa Rica.

La systématisation requiert tout d’abord une introspection et un sens critique afin d’enrichir la pratique du terrain mais également alimenter la théorie. Tout comme la capitalisation, il s’agit de malaxer, vivre et revivre l’expérience pour en tirer son suc : l’apprentissage pour les acteurs de l’expérience et au-delà.

Elle se construit en opposition aux évaluations externes classiques, « descendantes », fondées sur les interrogations du bailleur.

La systématisation : en bref (Iteco/ Cécile Imberechts/Emma Kersalé)

En savoir plus

Systématiser les expériences : Manuel pour apprendre de nos pratiques, Quinoa,

L’idée de réaliser un manuel de systématisation d’expériences à partir des initiatives d’éducation populaire latino-américaine est née d’une série de belles rencontres avec des acteurs éducatifs d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie et d’Europe. C’est principalement un travail de compilation et de traduction qui a été réalisé par Cécile Imberechts : les véritables auteurs de ce manuel sont les acteurs sociaux latino-américains et cubains qui, depuis plusieurs décennies, mènent des projets transformateurs, construisent des réseaux d’échanges, interrogent de façon critique leurs pratiques, recherchent la cohérence entre leurs idéaux et leur travail de terrain et diffusent, le plus largement possible, les apprentissages qu’ils retirent de ce travail remarquable.

 

Retour à… Méthodes et outils